Opportunities

Appel à projets exceptionnel pour soutenir la scène artistique et culturelle marocaine

Date limite du dépôt des candidatures : 20 mai 2020

Covid-19 / Appel à projets exceptionnel pour soutenirla scène artistique et culturelle marocaine

Coopération culturelle

Dans le cadre de la Convention de partenariat pour la Coopération Culturelle et le Développement entre le Royaume du Maroc et la France, signée le 25 juillet 2003 à Rabat, des efforts conjoints sont déployés pour développer la coopération dans les domaines de la culture et du savoir, et pour promouvoir et soutenir le secteur artistique et culturel marocain. Le Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France et l’Institut français du Maroc apportent ainsi leur appui à la jeune création artistique marocaine, au développement des politiques publiques de la culture, et à la formation des artistes et des professionnels du milieu culturel et des médias.

Programme de subventions

Cet appel à projets exceptionnel du Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France, vise à soutenir un secteur particulièrement touché et fragilisé par la crise sanitaire et à renforcer la cohésion sociale en permettant la mise en place d’actions artistiques en direction de populations dont l’accès à la culture est limité. L’art urbain constitue le principal axe de cet appel à projets qui devra s’appuyer sur les trois piliers de l’éducation artistique : la pratique artistique, l’acquisition de connaissance contribuant à la construction d’un jugement esthétique et la rencontre avec les œuvres et les artistes.

Destinataires de l’appel

Cet appel à projets est ouvert aux associations culturelles marocaines et aux artistes auto-entrepreneurs.

Objectifs

Les objectifs de cet appel à projets sont, en fournissant aux associations porteuses de projets culturels et aux artistes un soutien à la fois financier de l’Ambassade de France et pratique des antennes de l’Institut français du Maroc, de :

• Développer une offre éducative et culturelle en direction des citoyens les plus éloignés de la culture.

• Soutenir des projets artistiques et culturels liés à l’éducation artistique et culturelle, au genre, à la diversité et à l’inclusion sociale.

• Agir comme levier, en fournissant aux associations et artistes demandeurs, les ressources nécessaires au développement de nouveaux projets éducatifs et culturels qui contribueront à renforcer la cohésion sociale.

Financement

Le soutien s’inscrit dans une démarche exceptionnelle. Il s’agit d’un programme inédit dont l’objectif est de renforcer les soutiens directs auprès des structures associatives culturelles et des artistes. Le soutien ne pourra dépasser 60% du budget total du projet.

Critères d’éligibilité

Seront privilégiés, les projets :

• Inclusifs : qui considèrent les communautés et environnements locaux. Une attention particulière sera portée aux projets participatifs qui associent les jeunes citoyens.

• Pédagogiques : qui proposent des temps d’échanges, initient un dialogue ou prévoient des ateliers publics. Les projets d’éducations artistiques et culturels imaginés en collaboration avec des écoles, des collectifs ou associations de soutien aux minorités et agissant contre l’exclusion sociale, économique ou de genre.

• Accessibles : qui s’inscrivent dans des territoires peu équipés culturellement et artistiquement et qui prennent en compte les spécificités du public auquel il s’adresse et contribue à une démocratisation artistique et culturelle.

• Urbains : qui privilégient des modes d’expressions issues du domaine de l’art urbain (graffiti, hip-hop…) dans l’espace public.

• Paritaires : qui seront attentifs à la prise en compte de la parité femme/homme.

Les dépenses éligibles pour les projets artistiques et culturels sont les suivantes

• Achat de prestation (cachets d’artistes, matériel technique…)

• Voyages et accueil d’artistes et/ou d’intervenants pour la formation

• Fonctionnement de la structure (dans la limite de 10% du montant de la subvention sollicitée)

• Achat et location de petit matériels

Engagement

Une candidature requiert le dépôt dans les délais de l’ensemble des pièces à fournir mentionnées dans ce même formulaire. En cas d’acceptation de leur dossier, les bénéficiaires de la subvention du Service de coopération et d’action culturelle s’engagent :

• à fournir avant le début de l’action un dossier complet et conforme de demande de subvention comprenant une attestation bancaire, pour une association les statuts de l’association, la liste à jour des membres du bureau, le récépissé de dépôt en préfecture de l’association, pour un artiste l’attestation d’autoentrepreneur, un budget global et plan d’emploi prévisionnel de la subvention ainsi que le bilan moral et le compte-rendu d’emploi de la dernière action subventionnée par le SCAC. Tous ces documents doivent être traduits en français.

• à mentionner le nom de l’Ambassade de France au Maroc parmi leurs partenaires.

• à mettre le logo de l’Ambassade de France sur tous les supports de communication relatifs à l’action (site internet, plaquettes, affiches, actes, etc.)

• à produire avant le 31 décembre 2020 le bilan financier réel en dépenses et en recettes de l’action (budget global et plan d’emploi de la subvention)

• à fournir un bilan moral de l’action menée.

Date limite du dépôt des candidatures : 20 mai 2020

 

Pour déposer votre candidature, envoyez un dossier complet à la Direction Générale de l’Institut français du Maroc par email à:

Thibaud Retailleau, chargé de coopération culturelle : cooperationculturelle@institutfrancais-maroc.com.

Visitez le site de l’Institut français du Maroc pour plus d’information pour les pièces justificatives à joindre au dossier.

Une commission de sélection des dossiers se réunira au mois de juin 2020 et les lauréats seront informés directement par email à l’issue de la commission.

Toutes les équipes de l’Ambassade de France au Maroc et de l’Institut français du Maroc sont mobilisées pour soutenir les professionnels du secteur artistique et culturel au Maroc.

Image: Veduta II, 2018. Plaques de placoplâtre, bois. Vue de l’exposition « Regarder l’agreste paysage », AFIAC  2018. ©Lucie Laflorentie